Photographe professionnelle à La Réunion, en dehors de mes travaux personnels, je propose mes services aux artistes et aux structures culturelles pour leur communication (portrait, affiche,…), leurs photos de spectacles et les reproductions de leurs œuvres d’art.

Dans ma photographie d’auteur, je cherche à traduire l’émotion que je ressens, les sentiments que je traverse, au cours de mes pérégrinations dans le monde de l’intime et de l’ordinaire.

Vu cette intention, le choix de mon sujet m’importe peu, car il ne s’agit pas pour moi de photographier quelque chose mais de photographier son passage en moi. Que ce soit dans le rapport au corps, ou dans celui avec la nature, plus que l’objet lui-même c’est ma manière de le voir qui m’importe.

Cette approche intime de mon espace et de mes relations, par la photographie, est une recherche de mon humanité qui me mène dans deux directions principales. Elle passe notamment par l’acceptation de ma finitude, d’où dans certains de mes travaux, certaines marques du temps qui passe, voire des traces de la mort pour ne pas oublier ma propre mortalité. Ces empreintes étaient très présentes dans mes premiers travaux. Mais plus j’avance en âge, plus la recherche de mon humanité me mène également vers des tentatives d’échapper à ma finitude, pour continuer à vivre, du moins le temps de la création, dans l’oubli de ma propre mortalité. Pour ce faire, j’ai de plus en plus recours à l’usage du flou comme « rempart poétique » à cette mort que je porte à chaque instant de ma vie. Et plus que tout j’aime aujourd’hui, grâce à la photographie, perdre mes repères, basculer dans ce monde autrement pour m’en détacher le temps d’un instant.

Enfin, peut-être car l’école nationale supérieure Louis Lumière (ENSLL) où j’ai fais mes études de photo, est aussi une grande école de cinéma, j’aime créer des séquences photos via des montages pour évoquer différemment l’ordinaire du monde qui m’entoure.